Ce que je pense des compléments alimentaires par Sandra Ferreira

Vous êtes 16% à en consommer régulièrement et à penser qu’ils sont utiles à votre santé, je veux parler des compléments alimentaires.

Mais sont-ils efficaces ? Sont-ils recommandés ? Sont-ils dangereux ?

En tant que Diététicienne-nutritionniste, voici ce que j’en pense.

Qu’est-ce qu’un complément alimentaire ?

D’un point de vue réglementaire (directive 2002/46/CE), ce sont des denrées alimentaires :

  • qui ont pour but de compléter un régime alimentaire normal
  • qui constituent une source concentrée en nutriments ou d’autres substances
  • qui ont un effet nutritionnel ou physiologique, seuls ou combinés (mais pas thérapeutique !)
  • commercialisés sous forme de doses (gélules, pastilles, comprimés, pilules, sachets, ampoules…), constituant une faible quantité.

Concrètement, vous achetés des vitamines, des minéraux, des extraits de plantes,… 

Ils sont souvent consommés dans le but d’avoir un bénéfice sur la santé. 

complément alimentaire

Qu’en penser ?

Les études scientifiques ne s’accordent pas toutes sur cette question et la publicité n’arrange rien.

Alors, je dis oui aux compléments alimentaires lorsqu’il y a une véritable carence comme par exemple chez les personnes Vegan qui se doivent d’être complémentées en Vitamine B12 ou si vous êtes anémié et qu’il vous faut en supplément en Fer.

Mais, sans carences, je déconseille. Car, non, la carence n’est pas bonne pour notre organisme, mais l’excès non plus.

Je conseille également d’être suivi par un professionnel lorsqu’on se supplémente afin de prendre le dosage adapté, de choisir des compléments de qualité et de prendre les précautions nécessaires pour ne pas intéragir avec son traitement habituel.

Car prendre des compléments alimentaires n’est pas anodin et il faut d’ailleurs les prendre tout en ayant une alimentation équilibrée.

Faut-il une prescription pour prendre des compléments alimentaires?

La prescription médicale n’est pas obligatoire pour se procurer des compléments alimentaires car ce ne sont justement pas des médicaments.

Cela veut dire également que le but des compléments alimentaires n’est pas de soigner.

  1. Les compléments alimentaires ne sont pas soumis aux mêmes réglementations qu’un médicament: leur efficacité n’est pas à prouver’ et il n’est pas obligatoire d’effectuer d’études sur la toxicité. 
  2. Il faut simplement notifier sa commercialisation à la DGCCRF avec l’étiquetage et la composition. 
  3. Les exigences sont extrêmement plus basses que pour un médicament donc prudence.

Quels risques de consommer des compléments alimentaires ?

L’Agence Nationale de sécurité alimentaire (ANSES) rappelle que « les compléments alimentaires, même s’ils sont souvent perçus comme anodins par les consommateurs, peuvent, dans certaines conditions, les exposer à des risques. Leur consommation ne doit pas se substituer à une alimentation équilibrée et diversifiée et devrait être assortie de conseils personnalisés auprès d’un professionnel de santé. »

Souvent à tort, on pense que des substances naturelles des plantes sont meilleures pour la santé que des substances artificielles. 

Voici un exemple d’empoisonnement, avec un extrait naturel de plante, publié dans le  journal The Lancet (Vale 1998) :

Un homme de 61 ans s’est présenté en septembre 1997 avec 5 jours de maux de tête, de maux de dos, de nausées et de somnolence. À l’examen, aucune anomalie physique n’a été découverte, y compris son état neurologique. Une hémorragie méningée a été diagnostiquée. Un interrogatoire détaillé a révélé qu’il prenait des comprimés de Ginkgo biloba à 40 mg, trois ou quatre fois par jour, depuis plus de 6 mois avant le début de ses symptômes.

L’extrait de Ginkgo biloba est vendu sans ordonnance sous forme de supplément destiné à améliorer la vigilance mentale (raison pour laquelle notre patient le prenait). Toutefois, l’extrait est un puissant inhibiteur de facteur d’activation plaquettaire factor1 et son utilisation à long terme a été associée à une augmentation du temps de saignement, à une hémorragie spontanée et à des hématomes sous-duraux.

Il n’est pas prouvé que l’hémorragie sous-arachnoïdienne ait été causée par le Gingko biloba, mais l’absence d’autres facteurs de risque, l’association temporelle de l’augmentation du temps de saignement et de l’accident hémorragique et le profil d’agrégation antiplaquettaire suggèrent un lien plausible avec le complément alimentaire.

Souvent cela arrive lorsque le complément alimentaire est pris en surdosage et/ou s’il contient des ingrédients interdits. 

pharmacie

Les compléments alimentaires sont-ils à éviter ?

Je dirais qu’il faut surtout les consommer intelligemment et éviter certains comme ceux incriminés par l’ANSES qui met en garde les populations à risque: les enfants, adolescents, femmes enceintes, femmes allaitantes, personnes avec traitements médicamenteux.

  • Par exemple, l’extrait de Berberis a des des effets pharmacologiques avérés qui se produisent à partir de 400 mg/j mais l’ANSES suspecte des effets sur le foie possibles à des doses inférieures comme des problèmes de rythmes cardiaques et des troubles gastrointestinaux.
  • Deuxième exemple, la spiruline est obtenue à partir de cyanobactéries. L’ANSES met en garde justement contre la présence de cyanotoxine, d’impuretés en métaux lourds.

Si vous souhaitez consulter d’autres de mes articles :

Alors que fait-on avec les compléments alimentaires?

  • On demande l’avis d’un médecin avant de prendre des compléments alimentaires.
  • On évite l’accumulation de différents compléments alimentaires qui auraient le même effet.
  • On préfère des compléments alimentaires avec une composition simple.
  • On préfère des compléments alimentaires fabriqués en France (et Bio si possible).
  • On mentionne à son médecin si on prend des compléments alimentaires.

Pour conclure, évitez l’automédication ou les conseils de non professionnels de la santé (coachs, naturopathes, etc.) car cela peut amener à un surdosage qui peut être dangereux pour votre santé.

Evitez également les achats sur internet car il y a plus de risques de fraudes sur la composition des compléments alimentaires. 

Pour résumer mon opinion :

  • On demande l’avis d’un professionnel de santé.
  • On vérifie si on est carencé.
  • On mange équilibré, ce qui suffit en général à apporter tout ce dont l’organisme a besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.