Manque de phosphore : Symptômes & traitements

La carence en phosphore est observée auprès des enfants victimes de malnutrition et chez quelques très rares adultes. Elle reste plutôt rare, mais il est important de rester vigilant quant à ses symptômes. Ceux-ci incluent une perte d’appétit, des engourdissements ou encore de la fatigue. Je vous propose de découvrir l’importance du sel minéral, des aliments qui en sont riches et les solutions en cas de carence.

L’importance du phosphore

Description du phosphore

Le phosphore est le deuxième sel minéral le plus abondant dans le corps humain, après le calcium. Il a toute son importance dans l’organisme, et particulièrement dans la vie cellulaire. Il est essentiellement localisé dans les dents et les os.

Tout savoir sur la carence en phosphore.
Le phosphore est le deuxième sel minéral le plus abondant dans le corps humain, après le calcium.

Le sel minéral est aussi retrouvé, en petite quantité, dans le cerveau et les tissus musculaires. L’organisme est incapable de synthétiser du phosphore. Il est alors indispensable de s’en procurer dans des aliments. Bonne nouvelle, beaucoup de nourritures en contiennent.

Rôles du phosphore

Le phosphore joue un rôle important dans la santé humaine, comme je vous l’ai précédemment dit. Maintenant, je vais entrer dans plus de détails en citant ses bienfaits sur l’organisme :

  • Il assure le bon déroulement de la production d’énergie : le phosphore participe à l’assimilation de vitamines B, essentielles pour produire de l’énergie. Ce mécanisme est nécessaire pour être de bonne humeur car il contribue à la formation de neurotransmetteurs au niveau du cerveau.
  • Il garde les dents et les os en bonne santé : une absorption correcte de phosphore permet d’assurer la structure osseuse, importante pour des dents et des os en bonne santé. Combiné avec le calcium, le sel minéral lutte mieux contre la fragilité osseuse touchant les personnes âgées.  
  • Il régule l’acidité dans le corps : une partie des phosphores deviennent des phospholipides, une fois dans l’organisme. Ils composent des membranes biologiques, notamment les nucléotides et les acides nucléiques. Les phospholipides ont pour mission de réguler le taux d’acidité dans le corps.
  • Il améliore l’assimilation de nutriments : le sel minéral joue un rôle dans le métabolisme. Il contribue à l’assimilation, la production et l’usage de nutriments des aliments. Aussi, il participe à la synthèse d’acides aminés, essentielle dans la production d’énergie.
  • Il participe à la croissance : un manque de phosphore est néfaste pour la croissance de l’enfant/adolescent, étant donné son rôle dans l’absorption de nutriments. Cette situation est aussi dangereuse dans la production de matériel générique des femmes enceintes (ADN, ARN). 
  • Il est important pour le système cognitif : le phosphore est un sel minéral permettant de rester concentrer, d’apprendre et de comprendre. Une carence du sel minéral augmente les chances de provoquer des problèmes neurodégénératifs, comme la maladie d’Alzheimer.

Apport nutritionnel recommandé

L’apport nutritionnel recommandé en phosphore dépend de l’âge du consommateur.

Voici des indices vous permettant de connaitre vos besoins :

  • Enfant âgé de 1 à 3 ans : il est recommandé de prendre 360 mg/j de phosphore ;
  • Enfant âgé de 4 à 6 ans : 450 mg/j ;
  • Enfant âgé de 7 à 9 ans : 600 mg/j ;
  • Adolescent de 10 à 14 ans : 830 mg/j ;
  • Adolescent de 15 à 18 ans : 800 mg/j ;
  • Adulte homme et/ou femme : 700 mg/j ;
  • Femmes enceintes : 800 mg/j ;
  • Femmes allaitantes : 850 mg/j ;
  • Seniors à partir de 75 ans : 800 mg/j.

Aliments riches en phosphore

Presque tous les aliments contiennent du phosphore. Je vais vous dresser une liste de nourritures dans lesquelles le sel minéral est présent en grande quantité.

A noter que chaque valeur du sel minéral correspond à 100 g de l’aliment :

  • Jambon blanc : 425 mg ;
  • Levure de bière : 1 300 mg ;
  • Viande de zébu cuite : 200 mg ;
  • Germe de blé : 1 030 mg ;
  • Cabillaud cuit : 240 mg ;
  • Noix de cajou, amande, pistache, noix : entre 385 à 460 mg ;
  • Riz complet : 235 mg ;
  • Yaourt nature, lait, fromage blanc : entre 95 à 115 mg ;
  • Graine de sésame : 605 mg ;
  • Beaufort, emmental, parmesan : entre 625 à 810 mg ;
  • Viande de porc, d’agneau ou de veau cuite : entre 220 à 235 mg ;
  • Tourteau cuit, crabe : 345 mg ;
  • Fromage de chèvre : 280 mg ;
  • Müesli aux fruits secs : 315 mg ;
  • Œuf cuit : 200 mg ;
  • Foie d’agneau cuit : 425 mg ;
  • Foie de génisse cuit : 485 mg ;
  • Fourme d’Ambert : 1 040 mg ;
  • Viande de saumon ou de thon : 270 mg.

Les effets de la carence en phosphore

Présentation de la carence en phosphore

L’hypophosphatémie est l’autre terme utilisé pour désigner la carence en phosphore. Cette dernière se produit lorsque le taux de phosphore dans le sang est :

  • Chez l’enfant : inférieur à 1,5 et 2 mmol/L ;
  • Chez l’adulte : inférieur à 0,8 à 1,5 mmol/L.

Causes

Le manque de phosphore peut être causé par une alimentation mal équilibrée, mais aussi par des maladies empêchant le stockage et l’usage du sel minéral.

Carence en phosphore
Les personnes alcooliques sont plus exposées à diverses carences nutritionnelles.

Voici des raisons courantes pouvant être à l’origine de la carence en phosphore :

  • L’alcoolisme : il peut être la cause d’une malnutrition. Il est remarqué que les personnes alcooliques sont sujettes de carences nutritionnelles, provoquant une hypophosphatémie.
  • La malnutrition : un régime alimentaire peu équilibré peut manquer de beaucoup de sels minéraux, en l’occurrence du phosphore. Une carence en vitamine D entrave l’absorption du phosphore et du calcium.
  • L’anorexie : les victimes d’anorexie suivent un régime alimentaire pour lutter contre le problème. Il est important de veiller à ce que des aliments sources de phosphore soient incorporés dans l’alimentation pour éviter une carence du minéral.
  • La génétique : des problèmes génétiques causés par une évacuation importante de phosphore dans l’urine nuit au stockage du phosphore.

Symptômes

Voici les signes qui indiquent que le taux de phosphore est bas :

  • Fatigue ;
  • Difficultés respiratoires ;
  • Fragilité de la structure osseuse ;
  • Douleurs osseuses ;
  • Déséquilibre électrolytique ;
  • Perte d’appétit impliquant un amaigrissement ;
  • Changement du comportement (confusion, anxiété et irritabilité) ;
  • Engourdissement et fourmillement des membres ;
  • Problème de croissance.  

Conséquences

Une carence en phosphore sévère ou prolongée peut être dangereuse pour sa victime. La situation peut aboutir aux complications suivantes, surtout si le problème est associé à un manque de calcium :

  • Rachitisme : les enfants sont les plus grandes victimes de cette maladie. Elle se produit lorsque l’individu manque à la fois de phosphore et de vitamine D. Des douleurs vertébrales, un retard de croissance et une faiblesse musculaire sont des symptômes courants de la pathologie.
  • Ostéomalacie : elle concerne non seulement les enfants, mais également les adultes. Elle se traduit par une fragilité osseuse causée par un manque de vitamine D. La maladie provoque des douleurs dans le bassin, les jambes et les cotes.

Les bons gestes en cas de carence en phosphore

Diagnostic

Un médecin est la personne capable de diagnostiquer une carence en phosphore. Il va soumettre le patient à une analyse sanguine ou de l’urine. Un problème est détecté si le taux de phosphore est inférieur à 2,5 et 4,5 mg/dl. 

Carence en phosphore
Un médecin doit diagnostiquer et confirmer une carence en phosphore.

Le médecin va poser à son patient des questions relatives aux symptômes. Aussi, il peut lui demander de soumettre ses antécédents médicaux familiaux. L’intéressé va fournir des détails sur son mode vie et ses habitudes alimentaires. Le médecin va demander à ce que le patient effectue un examen physique avant de prescrire un traitement ou d’autres tests.

Traitement

Un médecin reste la personne adaptée pour vous aider à venir à bout d’une hypophosphatémie. En attendant de prendre un rendez-vous, décidez de rééquilibrer votre régime alimentaire. Privilégiez les aliments sources de phosphore en tâchant de respecter la référence nutritionnelle recommandée pour éviter un surdosage. Par exemple, consommez régulièrement des produits laitiers. Vous pouvez aussi vous orienter vers les suppléments de phosphore. Pensez à prendre de la vitamine D s’il y a une carence à ce niveau. Il est recommandé d’arrêter de prendre un médicament à l’origine du manque de phosphore. L’administration du minéral par voie intraveineuse est envisageable si la carence est sévère.