La peur de manquer fait grossir

Manger (beaucoup trop) par peur de ne pas avoir suffisamment (dans ses placards ou dans son estomac) est le thème de cet article.

C’est une peur que je rencontre dans la quasi totalité de mes accompagnements patients. En tant que Diététicienne Nutritionniste je voulais vous donner quelques pistes pour vous en libérer.

Prévoir un effort physique, commencer un régime ou ne pas pouvoir fumer : voici autant de raisons d’éprouver la peur de manquer. 

Regardez comment cette peur s’illustre : en 2008 avec l’interdiction de fumer dans les lieux publics, un tiers des fumeurs admet fumer deux cigarettes de suite avant d’affronter une période sans tabac.

C’est exactement comme les mangeurs qui font des provisions avant de se mettre au régime : j’en profite dimanche et je commence la restriction lundi !

Il s’agit de manger en excès par peur de ne plus avoir sous la main les aliments qui nous plaisent et de prendre du poids contre son gré.

La peur de manquer pourrait mettre en échec vos efforts d’amaigrissement !

Tout récemment, des chercheurs ont démontré que le simple fait de penser à faire du sport suffisait à augmenter sa consommation de nourriture. Le lien entre « faire du sport et manger » a été établi par les auteurs de cette étude qui alertent sur l’activité physique et sur le contrôle de son alimentation. L’une des causes des échecs des efforts d’amaigrissement pourrait résider dans les surconsommations réalisées par les personnes qui surestiment leurs besoins avant de se soumettre à un effort physique par crainte de manquer de force !

Vous l’avez compris, faire du sport pour maigrir tout en mangeant plus par peur de manquer, ça vous fait grossir.

C’est exactement ce qu’on observe chez les régimeux qui se jettent sur leur dernier cheat meal avant de se mettre au régime ou les fumeurs qui se jettent sur leur dernière cigarette avant de monter dans un train non-fumeur = par peur de manquer.

grossir

Peur de manquer = état d’hypercontrôle

La peur de manquer est constamment présente chez les personnes « au régime ».

Elle se manifeste par la peur d’avoir faim, la peur de succomber à ses envies d’aliments autorisés, la peur de manquer des aliments interdits et la peur de la disparition des aliments.

Ces peurs prennent le pas sur les sensations de rassasiement et de satiété. La personne ne mange plus en fonction de ces dernières mais pour se rassurer. Elle perd ainsi la capacité de percevoir correctement ses seuils de rassasiement et va manger trop, sans faim. Elle risque donc de grossir.

Bien des mangeurs restreints éprouvent de grandes difficultés à laisser de la nourriture dans leur assiette alors même qu’ils ont conscience de ne plus avoir faim.

Lorsqu’ils consomment des aliments interdits, ils se comportent comme s’ils les mangeaient pour la dernière fois. C’est ce type de comportement qui empêche de maigrir.

Attention au cercle vicieux initié par les régimes : frustration – craquage – culpabilité. Les régimeux sont alors constamment en train de craquer et de manger (trop) par peur, frustration, contrariété,…

Dans certains cas, la peur de la faim peut prendre les caractéristiques d’un état phobique pouvant déboucher sur des attaques de panique. Dans ce cas là, soyez sûr(e) d’être accompagné par un professionnel de santé qui saura vous écouter et vous rassurer, afin de vous aider à vous libérer de cette peur.

Les règles que s’impose une personne (l’hyper contrôle alimentaire) vont donner naissance à de nombreuses émotions négatives : peur d’avoir faim, peur de manquer, frustration, culpabilité…

Les personnes ne décident plus de manger de manière intuitive mais selon les droits ou les interdits qu’ils s’imposent.

Le cerveau est déconnecté du corps. Mais cela ne peut avoir une durée indéterminée car quand le cerveau est restreint il finit toujours par craquer, même si il peut «tenir » des mois ou des années.

La peur de manquer fait grossir !

Une personne qui, par exemple, s’interdit de manger entre les repas craint la faim et surconsomme au cours des repas pour s’assurer que sa faim ne réapparaîtra pas prématurément.

Une personne qui limite sa consommation de gâteaux finit presque toujours par trop en manger quand elle se les autorise. Comme s’il lui fallait rattraper son retard et les manger comme si c’était la dernière fois.

Autant de chances de grossir et d’être mal dans son corps.

Quand les sensations alimentaires disparaissent totalement la personne doit alors les remplacer par des pensées ou des sensations imaginées. Ainsi, elle ne ressent plus la faim mais pense devoir manger (« c’est l’heure de passer à table », « je n’ai pas mangé depuis x temps donc c’est le moment », « je ne peux pas gaspiller ce qui reste »,…).

De la même manière, elle ne ressent pas le rassasiement mais pense et contrôle qu’elle a suffisamment mangé (« ça suffit j’en ai assez eu », « j’ai pesé mon assiette donc je ne peux pas dépasser », « roula si je continue c’est de l’abus »,…).

Manger devient une activité stressante qui empêche les aliments d’exercer leur fonction première = vivre. Les personnes concernées par la peur de manquer vont grossir ou subir l’effet yoyo à répétition.

L’angoisse du manque – Exercice pour s’en libérer

Pour vous libérer de la peur de manquer je vous invite à faire cet exercice.

Notez pendant plusieurs jours (environ 3/4 jours) combien de fois vous avez ressenti la peur de manquer = combien de fois vous avez mangé plus par peur d’avoir faim, peur de faire une hypoglycémie, peur de ne plus avoir plus tard, peur de jeter,…

Comment ? Notez-la + inscrire de quel aliment il s’agit + vous dire une phrase mantra du type : « je pourrais toujours en racheter plus tard si j’en ai envie/ besoin » ou « je me libère des règles de l’équilibre alimentaire » ou encore « je n’ai plus peur ».

+ prenez 3 grandes inspirations et essayez de ne pas vous laisser aller à votre peur.

Faites cet exercice plusieurs fois alternant des jours où vous pensez/ notez la peur de manquer et des jours où vous n’y pensez pas du tout.

Observez votre évolution et n’hésitez pas à en parler avec un professionnel de santé pour vous faire aider.