Les aliments tabou, je dis stop !

Désir irrépressible pour un aliment ? Frustration ? Craquage ? Culpabilité ? Cette chanson vous la connaissez par coeur et aujourd’hui vous avez décidé de vous en libérer !

En tant que Diététicienne Nutritionniste je compte bien vous donner mes astuces pour vous aider à y parvenir !

A la fin de cet article votre nouvelle chanson rimera avec liberté, plaisir, déculpabilité et bien être !

Un aliment tabou c’est quoi ?

Ce sont les aliments qui ne font plus partie de votre alimentation car vous les avez banni de votre placard mais que vous aimez pour pourtant tellement… Ce sont finalement les aliments que vous ne parvenez pas encore à consommer en toute sérénité car vous ne savez pas (vous ne savez plus) en manger une quantité adaptée à votre besoin !

Comment vivre mieux avec ces aliments ?

  • Listez vos aliments tabous et préférez, lors de leur réintroduction, vous limiter à un ou deux aliments par semaine. L’objectif étant le zéro privation, pouvoir manger de tout en étant serein(e).
  • Pour chaque type d’aliments tabous évitez de faire des stocks : préférez disposer d’un exemplaire de chaque dans votre placard. Si vous venez à manquer, rachetez-en un exemplaire et ainsi de suite.
  • N’hésitez pas à portionner vos aliments tabous. Un paquet de M&M’s peut devenir plusieurs petits paquets de 10 M&M’s par exemple. Pensez aux gâteaux en portions individuelles ou à acheter 2 ou 3 mini-viennoiseries plutôt qu’une grande. Cela vous permettra également d’apprendre à mieux déguster. 

N’oubliez pas que l’équilibre alimentaire s’effectue sur de très longues périodes.

envie de manger emotionnelles

Il est normal, après de longs mois ou de longues années de restriction, de consommer dans un premier temps les aliments tabous en excès. Si après avoir consommé une bonne quantité d’aliments riches en calories vous attendez le retour de la faim pour manger à nouveau, cela ne pourra pas entraîner une prise de poids et gêner votre amaigrissement !

Quelques semaines de “malbouffe” sont une transition souvent obligatoire et naturelle : vous verrez qu’en fin de compte vous vous en lasserez vite. L’envie et le besoin de consommer des fruits et légumes n’est pas un fantasme inaccessible, votre corps finira par en réclamer !

Les envies de manger émotionnelles

La plupart du temps lorsque vous ressentez des émotions que vous jugez trop intenses, vous tentez de les annuler par des prises alimentaires, ce sont les envies de manger émotionnelles. C’est également de là que peuvent naitre ensuite une assimilation entre aliment réconfort = qui me font grossir car mangé sans faim = aliment supprimé = aliment tabou.

Vos émotions (stress, tristesse, colère,…) peuvent devenir des émotions alimentaires : vous avez peur de perdre le contrôle, peur de grossir ou vous vous sentez coupable de ce que vous avez mangé ou allez manger. Tout cela devient tellement compliqué pour vous que vous avez tendance à vous dire, aller tant pis, je supprime tout comme ça zéro tentation… Sauf que vous allez provoquer exactement l’effet inverse !

Mes solutions pour lutter contre vos envies de manger émotionnelles :

  • Cherchez à vous occuper, à penser à autre chose : film, lecture, activité (créative ou sportive)
  • Cherchez à vous “relaxer”, vous “détendre” par divers moyens (audios de relaxation, podcasts,…)
  • En faire une affaire de volonté et décidez de tenir le coup, de ne pas céder à vos émotions en pensant à votre santé !
lire un livre

Comment faire la paix avec l’alimentation ? Mes conseils :

  1. Programmez les repas/ menus de la semaine : prévoir/ organiser = mieux gérer, se libérer l’esprit = maintenir son poids d’équilibre sur la durée !
  2. Stop au contrôle : faire la paix avec l’alimentation (ce qui fait grossir c’est de manger sans faim, rien d’autre). L’assiette est une source de bien être, votre allié santé et non un objet de réconfort. Il faut cesser de se battre contre l’alimentation mais vivre avec. Manger pour vivre et non vivre pour manger !
  3. Etre à l’écoute de ses sensations alimentaires : FAIM + SATIÉTÉ + DÉGUSTATION => si besoin vous pouvez tenir un journal, écrire des notes sur vos sensations, émotions, ressentis pour ensuite lire et comprendre ce que vous traversez = maintenir son poids et continuer à être à l’écoute de votre corps.
  4. Mieux se connaitre pour mieux changer : prendre du recul sur vos comportements alimentaires (parfois avoir besoin de manger pour se réconforter c’est ok, on attendra le retour de la faim ensuite), avoir un regard objectif sur vos nouvelles habitudes et l’impression de craquer n’est qu’une impression… Tout est une question d’équilibre SUR LE LONG TERME ! Ce n’est pas une course contre la montre, prenez-en conscience !
  5. Manger de tout sans culpabilité, rien ne fait grossir, rien ne fait grossir… N’oubliez pas la mise au repos digestive avant/ après les excès alimentaires (pour avoir une bonne faim pendant + retour de la faim après).
  6. Avoir un sommeil de qualité c’est l’allié de votre poids d’équilibre + Vivre l’instant présent : en pleine conscience afin de profiter de chaque instant à 100% !

Nous ne sommes pas parfait !

Je voudrais terminer sur une note importante : oui nous ne sommes pas parfait !

Craquer, culpabiliser, sortir de « l’équilibre alimentaire » est normal. Nous sommes sens cesse tentés partout et par tout ! Lorsque nous allons faire les courses, acheter du pain, une magazine, sur une aire d’autoroute,… Bref, c’est normal de se faire plaisir et surtout nous ne sommes pas parfait, mais nous apprenons de nos erreurs, l’important est de toujours faire de son mieux !

Votre poids est ce qu’il est aujourd’hui parce que vous êtes sans cesse entrain de faire des compromis avec vous même, votre entourage ! Acceptez-vous tels que vous êtes, avec vos qualités et vos défauts. C’est le premier pas à franchir, le reste suivra !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.