Carence en Iode : Symptômes & Traitements

La carence en iode est un phénomène qui touche de nombreux pays dans le monde, et principalement les pays en développement. Pouvant avoir des répercussions graves sur la santé, il ne faut pas prendre ce manque à la légère. En voici les principaux symptômes, ainsi que les traitements possibles pour y remédier.

Qu’est-ce qu’une carence en iode ?

L’iode est un oligoélément indispensable dans la fabrication des hormones thyroïdiennes par la thyroïde. Pour rappel, cette glande est située à la base du cou. Elle joue un rôle vital pour le bon fonctionnement de l’organisme. Par exemple, elle gère l’humeur, le poids, la température corporelle, le fonctionnement du cerveau et du cœur… Bref, la thyroïde assure le fonctionnement optimal des organes du corps. De ce fait, une carence en iode aurait pour conséquence de dérégler complètement le métabolisme du corps humain.

Carence en iode : symptômes, traitements et aliments à privilégier.
L’iode est un oligoélément indispensable dans la fabrication des hormones thyroïdiennes

Quelles sont les causes d’une carence en iode ?

La principale cause d’une carence en iode vient du manque d’apport en cet oligoélément dans l’alimentation. En effet, il est constaté que les personnes qui souffrent, le plus souvent, d’une carence sévère en iode, sont celles dont l’alimentation en est pauvre. L’iode est présent dans le sel de table, ce qui permet d’équilibrer le niveau d’iode dans le corps.

Les personnes qui n’ont pas accès au sel iodé sont plus exposées à une carence. En général, les habitants des montagnes éloignées de la mer, et ceux dans les pays en développement en sont les plus touchés, à cause de l’alimentation.

Quelles sont les manifestations d’une carence en iode ?

La carence en iode peut se manifester de plusieurs manières, et peuvent varier d’une personne à l’autre, et selon son âge :

  • Une hyperthyroïdie ou gonflement de la glande thyroïde ;
  • Une hypothyroïdie ou hypotrophie de la glande thyroïde
  • Un crétinisme endémique
  • Un retard mental

Hyperthyroïdie

Il s’agit, plus précisément, d’un goitre colloïde ou nodulaire, résultant du gonflement de la glande thyroïde. Cette manifestation est la plus courante en cas de carence en iode. Lorsque l’apport en iode dans l’alimentation commence à être critique, la thyroïde se met à gonfler afin de concentrer le reste d’iode dans le corps à son niveau. L’augmentation de volume de la thyroïde peut débuter dès l’enfance et s’accentuer à la puberté. Voici les principaux symptômes liés à l’hyperthyroïdie :

  • Un amaigrissement rapide, même si l’appétit augmente ;
  • Une augmentation du rythme cardiaque de manière régulière et persistante, surtout pendant le sommeil ;
  • Faiblesse musculaire et tremblements au niveau des mains ;
  • Bouffées de chaleur ;
  • Soif quasi insatiable
  • Irritabilité et nervosité
  • Diarrhée, vomissements et nausées ;
  • Cheveux cassants, peau chaude et moite.
Carence en iode : symptômes, traitements et aliments à privilégier
Le gonflement de la glande thyroïde est la manifestation est la plus courante en cas de carence en iode.

Hypothyroïdie

Lorsque le taux d’hormones thyroïdiennes dans l’organisme devient sévère, il se présente une hypotrophie de la thyroïde, ou hypothyroïdie. Cela provoque une diminution globale de toutes les fonctions de l’organisme, avec les symptômes suivants :

  • Visage enflé ;
  • Paupières lourdes ;
  • Poils mettant du temps à repousser et cassants ;
  • Ongles cassants et striés ;
  • Doigts boudinés ;
  • Un teint jaunâtre ;
  • Voix rauque ;
  • Audition altérée ;
  • Ralentissement des fonctions psychomotrices ;
  • Dépression ;
  • Fatigue généralisée ;
  • Constipation ;
  • Prise de poids ;
  • Crampes et douleurs articulaires ;
  • Troubles des règles chez les femmes ;
  • Infertilité.

Crétinisme endémique

Le crétinisme endémique touche, le plus souvent, les nouveau-nés dont la mère souffre d’une carence en iode. Voici les symptômes relatifs à cette pathologie :

  • Surdité et mutisme ;
  • Retard mental ;
  • Croissance lente, pouvant conduire à un nanisme ;
  • Strabisme ;
  • Difficultés à contrôler les mouvements des membres avec précision ;

Retard mental

Enfin, le retard mental est le symptôme le plus grave à souligner dans une carence sévère en iode, surtout chez les enfants. En effet, leur corps ne s’est pas développé normalement, entrainant un déficit mental et physique flagrant. Certains enfants ne parviennent pas à marcher à l’âge de 3 ans, ni à enregistrer les mots.

Comment diagnostiquer un manque d’iode ?

Il existe de nombreuses manières pour diagnostiquer une carence en iode par voie de laboratoire. Voici les principales manières pour réaliser le diagnostic :

  • Dosage d’iode urinaire : mesure de la concentration en iode dans l’urine de 24 heures via un matériel spécifique ;
  • Mesure du taux de thyroïde sérique (T4) ;
  • Dosage de TSH (ThyroïdStimulatingHormon) par radio-immuno-essai ;
  • Diagnostic par recueil du sang dans le cordon des bébés ;
  • Diagnostic par captage de l’iode 131 radioactif ;
  • Echographie de la glande thyroïde pour évaluer sa taille

Traitements pour une carence en iode

Le principal traitement contre la carence en iode consiste à consommer de l’iode en quantité suffisante jusqu’à rééquilibrer son taux dans le corps. Pour cela, il peut être nécessaire de se faire prescrire de l’iode avec ou sans lévothyroxine. Dans le cas des enfants présentant une carence en iode, de la lévothyroxine 3 µg/kg par voie orale 1 fois/jour pendant une semaine est à prendre.

A cela s’ajoute de l’iode 50 à 90 µg par voie orale 1 fois/jour pendant plusieurs semaines afin de rééquilibrer rapidement le taux d’iode et de permettre au corps de synthétiser de nouveau de la T4. Quant aux adultes, ce sont 150 µg d’iode 1 fois/jour qu’ils reçoivent, généralement.

Carence en iode : symptômes, traitements et aliments à privilégier.
Le principal traitement contre la carence en iode consiste à consommer de l’iode en quantité suffisante.

Cela peut s’accompagner de lévothyroxine. Les femmes enceintes ou allaitantes doivent prendre 250 µg d’iodure 1 fois/jour. Dans le cas d’un goitre colloïde, les médecins prescrivent aux patients 6 mg d’iodure de potassium ou du Lugol à raison d’une goutte par jour. Le goitre devrait disparaître au bout de plusieurs semaines de traitement. Les goitres nodulaires sont plus complexes à traiter.

En effet, ils ne diminuent pas malgré un traitement à l’iode ou à la thyroxine. Une intervention chirurgicale peut s’avérer indispensable, surtout lorsque le goitre est encombrant et comprime la trachée. Suite à cette ablation de la thyroïde, les patients doivent recevoir un traitement d’hormones thyroïdiennes à vie.

Les aliments à privilégier pour limiter les risques de carence en iode

Le secret de la prévention de la carence en iode réside dans l’alimentation. En effet, vous devez veiller à consommer régulièrement de l’iode. Comment reconnaître les aliments qui en sont riches ? Voici une liste :

  • Le sel de mer ;
  • Les poissons gras tels que les maquereaux, les anchois et les sardines ;
  • Les fruits de mer tels que les coquillages et les crustacés ;
  • Les algues ;
  • Le jaune d’œuf ;
  • Le fromage ;
  • Les céréales ;
  • L’huile de foie de morue.

Enfin, il est important de savoir que si vous avez tendance à manquer d’iode, il est préférable d’éviter de consommer des aliments crucifères tels que le chou, le brocoli, le chou-fleur et toutes les variétés de choux. En effet, ces aliments empêchent de fixer l’iode apporté par les autres aliments.